La dépendance affective

Pourquoi souffres-tu de dépendance affective, comment la vaincre et surtout comment s’en sortir ?

Tu aimes peut-être tes parents, tes enfants, ton conjoint, tes amis, voire même ta ou ton  collègue et c’est tout à fait sain et surtout normal, mais quand tu ne peux plus te passer de ces personnes, quand tu veux tout savoir de leur vie et emploi du temps et que tu cherches à tout contrôler, leur présence t’est indispensable. Tu es dans la recherche permanente de la relation fusionnelle. Le simple fait qu’il ou elle fasse des choses sans toi, ou s’éloigne pour quelques jours te déstabilise. Tantôt tu souffres d’une sorte de possessivité, d’une jalousie probablement maladive et d’un manque de confiance en toi qui te poussent à imaginer tous les pires scénarios possibles et imaginables, tantôt tu vas chercher la petite bête, tu va essayer de piquer l’autre et lui tendre des petits pièges pour vérifier la qualité de la relation. 

Aussi, dans tes interactions avec les autres tu as peut-être du mal à t’affirmer, tu as trop peur des conflits et tu es prêt ou prête à tout accepter pour être apprécié(e). Tu comptes éventuellement sur les autres pour combler le vide que tu ressens. 

Par ailleurs, tes actions peuvent être téléguidées par des peurs profondes comme la peur d’être abandonné(e) ou rejeté(e).  Tu penses aussi aux autres en premier, c’est très difficile pour toi de te prioriser et de prendre du temps pour toi. Du coup tu t’effaces et tu fais passer souvent les besoins des autres, avant les tiens.

De plus, tu passes ton temps à te dénigrer. Tu ne t’aimes pas et tu vis essentiellement à travers le regard des autres. Tu as très peur de décevoir, ou de vexer, donc tu ne donnes pas ton avis, tu t’exprime au minimum nécessaire et tu dis oui à tout.  

Toutes tes actions et ta façon d’agir au quotidien te poussent donc à entrer dans un cercle vicieux qui t’abime et te mène parfois à entretenir des relations toxique, en te procurant une douloureuse sensation de vide, un manque de sécurité chronique, une incapacité à te valoriser, en étant submergé au quotidien par des émotions de peur, de culpabilité et d’angoisse. 

Si tu te reconnais dans plusieurs voire dans toutes ces propositions à la fois, il est temps de s’inquiéter car tu souffres éventuellement de dépendance affective. 

Dans cet article nous allons découvrir pourquoi tu souffres de cette dépendance affective, comment la vaincre et surtout comment t’en sortir ?

La dépendance affective, c’est quoi ?

Une dépendance affective est un trouble de la personnalité dépendante, et comme tout autre trouble psychologique, elle  peut s’exprimer à différents degrés. Environ 2% de la population française serait touchée par un trouble de la personnalité dépendante, aussi bien les hommes que les femmes.

 

Le dépendant ne vit que pour l’autre, qu’il a placé sur un piédestal, avec la peur panique qu’il s’en aille. Il n’est pas seulement l’amoureux possessif, mais il peut aussi être la mère exclusive, la sœur dépressive ou l’ami qui manque de confiance en lui.

Il existe deux types de dépendant affectif : 

  • Le premier type c’est qd la personne se considère comme une incapable, ce qui l’empêche de se débrouiller toute seule et se traduit souvent par un discours interne destructeur, une peur de passage à l’action, la personne passe donc son temps à se trouver des excuses pour par exemple ne pas décrocher un job, ne pas prétendre à une promotion, ou ne pas passer le permis… ect
  • Le deuxième types est ce qu’on appelle “ a people pleaser” autrement dit c’est la personne dépendante qui a l’impression de ne pas être aimée ou même capable d’aimer, ne pas être assez, qui va s’oublier et faire passer les autres avant elle-même, elle va chercher à tout le temps faire plaisir et rendre service, car elle a la conviction que sa valeur dépend uniquement de ce qu’elle fait et réalise pour les autres. De plus, elle a tout le temps besoin de l’approbation des autres, elle va dire oui à tout, s’excuser pour tout et tout le temps, même quand elle ne fait rien de mal et évite autant que possible le conflit et se rend spontanément responsable de ce qui ne va pas que ça soit dans le domaine privé ou professionnel.

On connait tous une dépendance par rapport à l’alcool ou à la drogue, il existe également cette dépendance qui peut être aussi destructrice que les autres substances. La personne dépendante est addicte à la relation, en l’occurrence à l’autre, auprès duquel elle va chercher à combler un vide ou un manque affectif. Elle l’utilise inconsciemment comme un objet, un moyen pour se rassurer et retrouver une sécurité interne. 

Par ailleurs, les relations du dépendant affectif sont souvent souffrantes et il en retire rarement de la satisfaction. Il est en attente permanente et est toujours déçu de l’amour qu’il reçoit, car ce dernier ne comble jamais réellement l’angoisse et le vide qu’il ressent. Il aura également tendance à chercher à combler ses besoins par une position sociale, le travail, des biens matériels, le sport, les jeux, ou autres…

Comment cette dépendance affective se manifeste-t-elle ?

La dépendance affective se manifeste tout autant par des difficultés dans les relations amoureuses, que dans des relations amicales, familiales ou professionnelles. Fréquemment le dépendant affectif est submergé par des émotions de peur, de culpabilité et d’angoisse. Il souffre d’une sorte de possessivité, d’une jalousie et d’un manque de confiance en soi. Il a peur de ne pas être assez, ne pas être suffisamment intéressant et digne d’être aimé. Il imagine alors que son partenaire va le laisser tomber à la moindre occasion et passe son temps à traquer tout signe d’éloignement ou de désamour. Il est dans le dévouement total et se donne entièrement à sa relation. On retrouve souvent chez lui la notion d’exclusivité. 

Le manque d’estime de soi, le met dans une situation où il se dévalorise en permanence. et comme pour compenser, il ressent parfois le besoin de tolérer des choses intolérables de la part de la personne dont il est dépendant, il accepte donc des brimades, des humiliations voire des violences verbales et physiques. En effet, il peut même accepter la violence pour éviter de risquer de perdre le lien. 

Je me permets d’ouvrir une petite parenthèse ici afin de transmettre le message suivant : que tu sois dépendant affectif ou pas, toute violence doit arrêter la relation immédiatement. Il n’y a pas de petite violence ou de bonne raison. La moindre gifle doit faire rompre la relation. 

Comment devient-on dépendant affectif ?

La situation de dépendance est un trait de personnalité qui touche préférentiellement les femmes mais il existe aussi chez les hommes. Et elle ne s’exprime pas de la même manière chez toutes les personnes. Par exemple, certaines peuvent n’avoir aucun problème dans le milieu professionnel, mais mener des relations amoureuses désastreuses

On ne naît pas dépendant affectif, on le devient dans l’enfance ou même plus tard au cours de la vie à la suite d’événements particuliers. Ce n’est pas une maladie. C’est uniquement la manière de combler nos besoins qui est inadaptée. Effectivement, tout comme nous avons des besoins physiques, nous avons également des besoins affectifs depuis notre petite enfance. Nous avons besoin d’affection, de reconnaissance et d’approbation de la part des personnes que l’on aime.

  1. La première cause de la dépendance affective est quand la personne manque d’amour et d’attention pendant son enfance, ou qu’elle a été parentifiée, autrement dit responsabilisée très tôt. Ou alors l’enfant avait des parents trop protecteurs. Habituellement, cela est dû à cause d’une dysfonction du milieu familial, autrement dit un environnement dans l’enfance peu sécurisant. 
  2. Comme deuxième cause de la dépendance affective, on retrouve des traumatismes, comme l’intimidation, le harcèlement à l’école, le rejet, l’abus physique ou psychologique qui peuvent se produire tout au long de la vie. 

Il faut comprendre que ce déficit affectif n’est pas de ta faute. C’est un conditionnement, voire un automatisme qui t’a été transmis durant tes premières années de vie, à cause d’un attachement insécure.

Autre un attachement insécure, ou un harcèlement à l’école, la dépendance peut éventuellement provenir d’un parent qui n’est jamais satisfait. Quoique que tu faisais, il te répondait toujours que tu pouvais mieux faire. Pour le parent c’était peut-être une façon de pousser l’enfant à se surpasser, mais pour l’enfant, il garde l’impression de ne pas être assez et de ne pas être l’enfant idéal attendu, donc il développe la croyance de ne pas être digne d’amour. 

D’autres facteurs expliquent également qu’une personne peut devenir dépendante de ses partenaires : le handicap, la maltraitance, la maladie voire un accident, la peur de la solitude, un manque d’estime de soi, la peur de l’abandon et le complexe du sauveur.

En conséquence, l’adulte va chercher systématiquement à combler ce manque affectif chez l’autre, il se tourne le dos, il s’évite, il ne s’aime pas, il ne s’écoute pas, il n’est pas fier de lui et il entre dans un cercle vicieux. Il développe une soif de plaire à tout prix. Il sent qu’il n’existe que dans le regard de l’autre.

Que faire pour  s’en sortir ?

Il est tout à fait possible de sortir de la dépendance affective. Il convient toutefois de noter que la plupart de ceux qui en sont victimes n’ont pas conscience de leur état. Prendre conscience de ta dépendance affective et de son impact négatif sur tes relations et ton bonheur, c’est donc faire 50% du chemin, ce qui est déjà énorme !

 

En effet, comme pour n’importe quelle dépendance, il faut  admettre qu’on a un problème. Il faut reconnaître les patterns qui caractérisent chacune de nos relations. Il faut surtout se rendre compte que la seule personne qu’on puisse changer, c’est TOI. Tout cela demande un bon travail d‘introspection et de déconditionnement. Tu réaliseras que pour avoir une relation satisfaisante, il te faudra apprendre de nouveaux automatismes, ce qui n’est pas simple puisque tu devras faire tout l’inverse de ce que tu as l’habitude de faire.

Tu pourras éventuellement trouver des solutions provisoires qui te feront oublier ton problème, comme changer de partenaire par exemple, mais tant que tu ne traites pas cette dépendance, elle sera toujours présente et elle se manifestera encore et encore.

Si tu souhaites devenir moins dépendant, tu devras faire un travail de développement personnel et éventuellement une psychothérapie.

En effet, un thérapeute est le plus à même pour t’aider à prendre conscience de ta dépendance ainsi qu’à trouver l’origine de tes besoins affectifs non satisfaits. Il t’apprendra également à t’aimer toi-même, à te respecter et à te valoriser en dehors du regard de l’autre.  

Si tu n’as pas les moyens de te faire suivre par un psychologue, voici quelques tips pour te guider sur ce chemin de la libération : 

TIPS N°1 : Trouver l’origine de ta dépendance

Prends le temps d’investir entièrement dans un processus de découverte des causes de ton trouble. Pour cela, il faut aller chercher dans ton enfance, car majoritairement c’est pendant cette période que cela se passe. Réfléchis à ta relation avec tes parents et avec tes proches. Réfléchis à la perception que tu avais de toi-même. Prends le temps de repenser à tous les moments où tu avais la sensation d’être humilié, rejeté ou abandonné. Rappelle toi si tu as eu un choc émotionnel suite à un traumatisme, au décès d’un parents ou autre. 

Dans un second temps analyse ton comportement dans tes relations actuelles que ça soit sur le plan amoureux, amical, familial ou professionnel. Est-ce que tu as dans tes fréquentations des personnes toxiques? Est-ce que tu as l’impression d’avoir tjrs le même type de relations où tu finis tjrs par être déçu ? Comment tu fonctionnes ? Pourquoi ?

Fais un état des lieux, une sorte d’audit de ta situation.

TIPS N°2 : Renouer avec soi-même

Dans cette phase, il faut intégrer qu’il faut d’abord s’aimer pour réussir à vivre des relations saines. Tu as la chance de pouvoir renouer avec la personne la plus importante de ta vie, celle qui ne te lâchera jamais et qui sera avec toi jusqu’à ton dernier souffle, autrement dit : toi ! 

Donc tu peux te consacrer du temps seul, afin de découvrir la merveilleuse personne que tu es, d’apprendre à t’aimer et à t’auto-suffire. Comprends que personne ne peut te rendre heureux ou heureuse en permanence comme tu le souhaites. Personne ne peut répondre à tous tes besoins, ni combler ce vide en toi. En revanche, il existe une seule et unique personne qui peut te donner en permanence cet amour inconditionnel. un seul être qui ne te lâchera pas en cours de route. Une personne sur qui tu peux réellement compter, tu l’as deviné, cette personne … c’est toi !! 

T’aimer sans restriction et faire en sorte de t’auto-suffire, ne signifie pas abandonner l’idée de te mettre en couple. Cela voudra juste dire que tu ne feras plus peser ton manque affectif sur tes partenaires, tu seras autonome, responsable de ton bonheur et tu développeras une approche équilibrée de la relation. Tu ne seras pas en manque d’amour, tu n’auras plus besoin qu’on te rassure et tu vivras très bien tes moments de solitude. 

Si tu es en couple, par exemple, et que ton ou ta partenaire sort avec ses amis, tu lui diras “bonne soirée mon chéri ou ma chérie, amuse toi bien” au lieu de “ah tu vas me laisser seul, reste avec moi, ne m’abandonne pas” . Bref, tu vivras ta relation dans l’amour, la sérénité et la confiance. 

Pour ce faire, prends le temps de définir tes besoins qui ne sont pas nourris, notamment ceux que tu cherches à nourrir par le biais de l’amour des autres et identifie tes blessures enfouies. C’est un travail d’introspection, de découverte et d’écoute de soi. Et pour entamer  ce travail, tu peux te dire « ok, je connais mon problème et je veux m’en sortir. A compter d’aujourd’hui, je vais arrêter d’agir comme j’ai fait jusqu’à présent. Je suis responsable de mon bonheur et je vais tout faire pour m’aimer, pour prendre soin de moi et devenir indépendante ou indépendant ».  Puis te lancer dans ce travail d’introspection pour mieux te connaître et pour mieux comprendre pourquoi tu es la personne que tu es.

Comprendre ce qui se trame vraiment en toi, c’est comme la découverte d’un nouveau monde. C’est ce qui te permettra de :

  • Déceler la source et comprendre d’où provient ta dépendance affective
  • Comprendre pourquoi tu ne t’aime pas et pourquoi tu as tant besoin d’être aimé
  • Découvrir que tu n’es pas du tout une coquille vide
  • Prendre conscience que tu as de magnifiques qualités 
  • Te rencontrer et tomber en amour de la belle personne que tu es

Fais toi confiance, tu y arriveras en analysant tes pensées, comportements et réactions (souvent négatives) et en essayant de les comprendre au regard des histoires et des blessures passées.

En apprenant à réellement te connaître par ce biais, tu comprendras  également pourquoi tu reproduis toujours les mêmes schémas et pourquoi tu te retrouves dans les mêmes situations insatisfaisantes. Quand tu prendras conscience de ces raisons, tu pourras changer ton modèle de pensées, tes comportements et surtout tes réactions émotionnelles. 

TIPS N°3 : Actions de développement personnel 

Petit rappel, quand on est dépendant, on se fuit, on fait tout pour s’éviter, on ne pense pas à soi, on pense toujours à quelqu’un d’autre. On est focalisé sur  tout ce qui est extérieur à nous.  Et quand on pense à soi, on le fait souvent avec une approche négative, pour se critiquer, pour s’auto flageller, pour se rabaisser, pour s’apitoyer sur sa solitude, pour se plaindre d’être seule, de ne pas être aimée, etc…

Pour sortir de ce cercle vicieux et se libérer de cette dépendance, on commence donc à faire un travail d’introspection pour se connaitre, puis guérir son enfant intérieur et enfin mener des exercices de développement personnel pour s’aimer, s’affirmer, développer l’estime de soi et la la confiance en soi. 

    • L’estime de soi : apprendre que tu as de la valeur, que tu es important et que tu n’as pas besoin de quelqu’un d’autre pour te compléter.
    • La confiance en soi : apprendre que tu peux prendre de bonnes décisions, gérer ta vie, sortir de ta zone de confort et  réussir. 
    • L’affirmation de soi : apprendre que tu as le droit d’exprimer ton opinion, tes sentiments, tes besoins et de les défendre. 

 

Pour conclure, la psychothérapie reste très efficace dans le traitement de la dépendance affective, en particulier la thérapie cognitivo-comportemenantale. N’hésite pas à demander de l’aide ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *